La mode, un enjeu capitale

La mode, un enjeu capitale

Au moins six fois par an, toute l’industrie de la mode et du luxe vient s’installer à Paris pour quelques jours et assister aux défilés de marques qui peuvent être françaises ou étrangères, basées dans la capitale ou non. Pour les collections de prêt-à-porter féminin, en mars et en octobre, le calendrier ne compte pas moins d’une centaine de défilés qui sont répartis sur neuf jours, ils sont réservés à la presse, aux acheteurs de boutiques, aux client(s) fidèles et également à quelques VIP en promotion ou qui souffrent d’un manque de visibilité. La grande majorité du temps, les parisiens et les touristes, pas forcément au courant de l’actualité de l’industrie du textile, ne comprennent pas pourquoi ces rassemblement haut en couleurs se tiennent. Bien souvent ils se passent aux abords des Tuileries, du Grand-Palais, du Palais de Tokyo ou même du Musée Rodin des lieux traditionnels des défilés. Au cours du mois de mars de l’année 2015, la maire de Paris était venue inaugurer l’exposition consacrée à la couturière Jeanne Lanvin au Palais Galliera, elle en avait profité pour faire passer quelques annonces. Elle déclarait alors que soixante millions d’euros allaient être distribués, au cours des six prochaines années, pour différentes initiatives, afin de faire perdurer la bonne santé de cette industrie du textile. “ En mobilisant ce montant considérable, nous nous donnons les moyens de consolider notre position de capitale mondiale de la mode. Un rayonnement qui se manifeste avec éclat à chaque Fashion Week” déclarait alors Anne Hidalgo.

Des affiches omniprésentes

Lors de ces semaines consacrées à la mode, quelques actions ont été effectuées par la Mairie de Paris. En l’occurrence, une campagne d’affichage discrète, autant par sa diffusion que par son esthétisme, ou une liste d’événements présentée par le site paris.fr. Ainsi il était impossible de rater les affiches “La mode aime Paris”, tant elles étaient omniprésentes. Le slogan avait également habillé la Tour Eiffel. “ L’idée est de créer un grand mouvement autour de la mode, et particulièrement de la semaine des défilés “ avait alors expliqué une proche de Anne Hidalgo à l’Hôtel de Ville, “on veut que la mode prenne possession de la place publique, qu’elle s’intègre dans le quotidien des Parisiens avec l’objectif final de récolter le soutien de la population”. L’idée sous-jacente était alors de reconnecter le grand public avec la mode, bien au-delà du shopping. Et également, de changer l’image qui est largement répandu dans le milieu obsédé par les paillettes, afin de montrer le véritable impact en matière d’économie des semaines de la mode sur toute la ville. Le comité de développement et de promotion de l’habillement (connu sous le nom de DEFI) estime à près de 400 millions d’euros annuel au minimum les retombées financières sur la ville de Paris lors des nombreux événements sur la mode à Paris.

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *